CHRONIQUE | The Book of Ivy, tome 1 - Amy Engel

22:16:00

Édition : Lumen
Genre : Dystopie, Jeunesse
Nombre de pages : 342
Date de sortie : 5 mars 2015

RÉSUMÉ | 
Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.
J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.
Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.
Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ?

| MON AVIS | COUP DE CŒUR ♥
"À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes."
Oui, je confirme.  

Une guerre a détruit le monde des années auparavant. Une poignée de personnes ont survécus, mais des deux hommes qui se sont affrontés pour obtenir le pouvoir, un seul est devenu Président de cette communauté. 
Pour assurer la paix, les fils et les filles des adversaires d'autrefois sont contraint au mariage. C'est au tour d'Ivy Westfall, mais la fille du Fondateur n'épouse pas n'importe qui : son futur mari sera Bishop Lattimer, le fils du Président.
Peu importe ses sentiments, elle n'a qu'une mission : le tuer.
Sera-t-elle à la hauteur, ou son amour pour Bishop sera-t-il plus fort que sa dévotion à sa famille ?

Je ne suis vraiment pas originale, car comme la majorité des lecteurs, The Book of Ivy est également un coup de cœur.
Que vous dire à part que je n'ai rien à reprocher à ce roman, et que j'ai tout adoré de bout en bout ? La romance est frustrante à souhait, la dystopie est terriblement intrigante, et cette forme de thriller qui s'imbrique là-dedans est totalement haletant.

J'ai ressenti beaucoup de choses au cours de ma lecture. C'est parti crescendo et j'ai été totalement chamboulée ; alors que cette forme d'émotion, et le fait de ne pas pouvoir me sortir de la tête un bouquin ne m'arrive principalement qu'avec des NewAdults. Et c'est ça surtout qui me surprend et me fait apprécier encore plus ce roman.
Je rédige cette chronique immédiatement après avoir terminée ma lecture, et je peut vous dire que j'ai besoin du tome 2, tout de suite maintenant. Frustration totale.

Parlons quand même un peu de l'histoire.
Comme la plupart des dystopies, un événement a entraîné la disparition d'une grande partie de la population, mais des survivants tentent maintenant de survivre et préserver l'humanité. Jusque-là, rien de bien original.
La particularité de cette dystopie est la suivante : à la suite à cette extinction, un groupe d'individus a survécu et deux clans se sont battus pour prendre le pouvoir et diriger cette nouvelle communauté comme ils l'entendaient. Ce sont les Lattimer qui ont gagnés, laissant les Westfall perdants. Dés lors, une loi est instaurée : les filles et les fils des groupes adverses devront s'unir par le mariage afin de préserver la paix au sein de la communauté.
Cette année, c'est au tour d'Ivy de se marier, mais pour elle pas de surprise : étant une fille Westfall, elle devra épouser le fils Lattimer : Bishop. Mais c'est là que l'histoire prend tout son intérêt : Ivy n'a pas pour but de vivre heureuse et d'avoir beaucoup d'enfants, elle a pour seul objectif la mort du fils du Président.
Dés lors que vous savez cela, il y a comme un compte à rebours qui s'enclenche et que vous gardez en tête tout au long de votre lecture. Impossible de lâcher le livre, car on veut savoir si Ivy passera à l'acte, ou non. C'est haletant et ça rend la lecture extrêmement addictive.

"Je reste longtemps sur le trottoir après son départ. Lorsqu'on est conscient d'être manipulé, mais que ça fonctionne, peut-on encore appeler ça de la manipulation ?"

Du coté des personnages, ils sont tout simplement parfaits.
Ivy est une jeune fille très particulière car on ne la connais pas vraiment. Elle a été formatée par sa famille qui a voulue en faire une arme dans sa quête de pouvoir, du coup, elle ne pense et n'agit pas par elle-même, elle est toujours dans le contrôle et pèse chacun de ses mots et chacune de ses réactions. Et c'est justement cela qui la rend intéressante car on va vraiment apprendre à découvrir la véritable Ivy, celle qui a ses propres opinions, qui fait ses propres choix et éprouve les sentiments qu'elle souhaite. On la voit se révéler et exister.
Elle m'a aussi fait de la peine car sa situation est délicate et va l'être de plus en plus. On se rend compte forcément qu'elle n'a pas vraiment envie de faire les choses qu'elle fait, mais qu'elle n'a pas le choix par rapport à sa famille. Elle est coincée entre deux chaises : l'amour et sa famille. On ne peut qu'éprouver de l'empathie pour elle. Et dans ce sens, on vis vraiment les choses avec elle ; au bout d'un moment j'étais vraiment émergée dans l'histoire et je vivais les mêmes émotions qu'Ivy. Et à partir du moment où je ressent ça, pour moi c'est tout bon.
Parlons maintenant de Bishop... LE-MEC-PARFAIT. Je vais pas m'étaler sur sa merveilleuse personnalité, sur ses merveilleuses qualités et blablabla. Mais Bishop est un personnage extrêmement attachant. On le découvre et apprenons à le connaitre en même temps qu'Ivy finalement, et c'est ce qui rend la chose encore meilleure. Il est d'un charme fou, d'une gentillesse et d'une générosité immense, et surtout il est tellement patient et en même temps persistant. On ne peut que comprendre pourquoi il sera difficile pour Ivy de mener à bien sa mission.
Mais surtout, la relation qui va s'installer entre eux est parfaite. C'est subtile, vrai, imprévu. On sent tout de suite qu'ils sont fait l'un pour l'autre. C'est Bishop qui va réveiller Ivy, qui va la rendre heureuse pour la première fois de sa vie. Et Ivy va être comme une bouffée d'air frais pour Bishop. Pour moi ils sont indissociables, mais ce qu'il en est pour Amy Engel, ça je ne vous en dirai rien...

"Mais j’ai appris à la dure qu’on ne choisit pas la personne qu’on aime. C’est l’amour qui nous choisit, qui se fiche bien de ce qui est pratique, facile ou planifié. L’amour a ses propres projets et tout ce que nous pouvons faire, c’est le laisser agir à sa guise."

Cette romance et cette dystopie sont complémentaires, aucun ne prend le pas sur l'autre et je trouve que c'est bien dosé. Le problème parfois c'est qu'il y a trop de romance dans ce genre de romans, mais ici c'est juste magique.

La fin, ou plutôt les 50 dernières pages, m'ont lessivée, j'étais à ramasser à la petite cuillère une fois terminé. J'ai très, très hâte de lire la suite et je vais donc m'empresser de me jeter sur le tome 2 car c'est pour moi impossible de rester dans l'inconnu encore longtemps.

Bref. Lisez-le si ce n'ait pas déjà fait.
Moi qui la plupart du temps n'aime pas lire les livres que les gens ont trop encensés de peur d'être déçue, pour The Book of Ivy je ne peut qu'être du même avis.  

You Might Also Like

3 commentaires

  1. Il me le faut absolument !! Je ne lis que des avis positifs comme le tien dessus !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Ce livre me tente depuis un petit moment, je vais finir par me l'acheter ! Très bonne chronique :)

    http://journalacoeurouvert.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi j'ai beaucoup aime, même si ça n'a pas été un coup de coeur. Peut être manquait-il un peu d'action...?

    RépondreSupprimer