CHRONIQUE | Nos faces cachées - Amy Harmon

19:09:00

Édition : Robert Laffont
Genre : Romance, YoungAdult, Drame
Nombre de pages : 434
Date de sortie : 22 janvier 2015


RÉSUMÉ | 
Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l'on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu'à ce qu'il cesse de l'être...
Nos faces cachées est l'histoire de cinq amis qui partent à la guerre. 
L'histoire d'amour d'une jeune fille pour un garçon brisé, d'un guerrier pour une fille ordinaire. 
L'histoire d'une amitié profonde, d'un héroïsme du quotidien bouleversant. 
Un conte moderne qui vous rappellera qu'il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous...

| MON AVIS | UNE CLAQUE.
Deuil. Amour. Amitié. Espoir.

"Mourir, c'est facile, c'est vivre qui est difficile."

A l'aube des attentats du 11 septembre 2001, nous rencontrons Fern, Bailey, Ambrose, Rita, et bien d'autres.
Fern est amoureuse d'Ambrose depuis toujours. Ambrose est le champion acclamé par toute la ville, qui fait craquer toutes les filles, et qui ne s’intéressera certainement jamais à une fille comme Fern. Bailey souffre d'une maladie incurable et profite de la vie comme si elle pouvait se terminer à tout moment. Rita est celle que Fern envie, que tous les garçons veulent.
Ce jour-là, lorsqu'ils découvrent les images effroyables du drame à la télévision, leurs vies prendront un tournant qui les changera à jamais. Si l'attentat n'avait pas eu lieu, leur destin aurait-il été différent ?

Je peut maintenant dire que je comprend l'engouement que Nos faces cachées à suscité.
Moi et mon entêtement à ne pas vouloir lire un livre lorsqu'il fait le buzz m'ont retardée à un an la découverte de ce roman.
J'en attendais beaucoup. Et j'en ai eu encore plus.

Vous l'avez certainement déjà entendu/lu de nombreuses fois, mais je suis obligé de le dire : ce roman est magnifique. Somptueux.
J'ai pleuré du début à la fin à chaudes larmes. J'en ai été vraiment bouleversée.
Et même là, en vous rédigeant cette chronique et en choisissant des citations, j'en ai la gorge nouée.

Nos faces cachées n'est pas juste une histoire d'amour. C'est aussi une histoire sur la guerre, sur l'amitié, sur la perte, sur la violence, sur la maladie.
Tout ça réunis en fait quelque chose d'unique.

"Peut-être que nous sommes une pièce de puzzle. On s'emboîte tous pour former cette expérience qu'on appelle la vie. Aucun de nous ne comprend le rôle qu'il joue ni n'imagine à quoi ça va ressembler au final. Peut-être que ce qu'on appelle miracle n'est que la partie émergée de l'iceberg. Et peut-être qu'on n'est pas capable de voir les choses merveilleuses qui naissent des tragédies."


L'auteur nous montre que les apparences ne font pas une personne.
Derrière un beau visage peut se cacher une âme sombre.
Un handicap peut cacher un héro.
Des sourires peuvent cacher un mal-être profond.
La beauté peut cacher une bête. Et une bête, une beauté.
Tout est dit dans le résumé : il y a un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous...

Je n'ai pas envie de vous parler de l'histoire, de vous en dévoiler, même un petit peu, sur l'intrigue. Non. Vous devez vous lancer dans Nos faces cachées comme ça, sans en savoir plus que ce que le résumé peut bien vous en dire.
Ne vous attendez à rien. N'en espérez rien. Et savourez.

"Je pense que c'est pour ça qu'elle a toujours aimé autant lire, poursuivit Bailey. Les livres te permettent d'être qui tu veux, de ne plus être toi même pendant un moment."
Bailey, à propos de Fern.

Je suis ressortie de ma lecture totalement lessivée. Cette histoire est aussi belle qu'elle est destructrice. Je pense que personne ne pourrait rester indifférent à ce que l'auteur nous raconte.
Mais ce n'est pas juste l'histoire qui en fait un livre inoubliable : ce sont surtout ses personnages. 
Fern m'a émue car je me suis immédiatement identifiée à elle. Moi aussi je n'ai pas spécialement confiance en moi. Moi aussi quand j'étais adolescente je pensais que les beaux garçons ne s’intéresseraient pas à une fille comme moi. Moi aussi je préfère mes livres à la réalité parfois. 
Ambrose est touchant. Jamais il n'aurait imaginer que sa vie serait celle-ci, mais il devra pourtant faire avec. Rien n'est facile, et c'est ce qui le rend admirable. 
Bailey est extrêmement attachant. Sa maladie ne l'empêche pas de Vivre, avec un grand V. Sa personnalité est juste parfaite. Il est amusant, drôle, altruiste, émouvant. Une magnifique personne dont tout le monde devrait prendre exemple. Si moi aussi je pouvais avoir un cousin comme lui, je signe tout de suite.
Rita, derrière sa perfection, cache une terrible réalité. Et malheureusement, ce n'est pas chose rare dans notre société.

"Si Bailey n’était pas myopathe, il ne serait pas le même. Le Bailey intelligent et sensible à la fois, qui comprend tant de choses qui nous échappent. Tu ne l’aurais peut-être jamais remarqué s’il n’était pas malade, si c’était un simple lutteur dans l’équipe de son père, qui ferait ce que font tous les autres mecs. Une des raisons pour lesquelles Bailey est si génial, c’est parce que la vie l’a sculpté pour en faire quelqu’un d’extraordinaire… peut-être pas à l’extérieur mais à l’intérieur. A l’intérieur, Bailey ressemble au David de Michel-Ange. Et quand je le regarde, et quand tu le regardes, c’est ce que nous voyons."
Fern.

Je ne vais pas faire plus de blabla. Ce roman n'en a pas besoin. Et je pense que ce que vous aurez lu plus haut vous aura suffit à vous convaincre, du moins j'espère.
Oui, je ne fais pas dans l’originalité en aimant ce roman, en vous disant qu'il est magnifique et qu'il faut le lire. Mais que voulez-vous, je ne suis qu'humaine après tout.
  
MA NOTE --> 20/20

You Might Also Like

0 commentaires